Message du président de l’ATA

L’Alliance sur les temps d’attente continue de concentrer ses efforts sur la sensibilisation aux temps d’attente inacceptables auxquels font face les patients dans tous les domaines de spécialisation des soins de santé, un rôle que nos médecins membres jouent depuis 2004. Bien qu’elle ne s’écarte pas du message, l’Alliance a changé son approche, délaissant son rôle de surveillant en faveur du rôle de partenaire à la recherche de solutions. Nous continuerons à présenter des innovations pilotées par des médecins pour améliorer l’accès aux soins de santé. Par ailleurs, nous sommes ravis de collaborer avec les gouvernements provinciaux à la mesure des temps d’attente et à la collecte de données à cet égard dans le but d’améliorer l’accès au système et la qualité des soins. En partie grâce à nos bulletins sur les temps d’attente qui font ressortir les problèmes dans ce domaine, toutes les provinces publient maintenant certaines données sur les temps d’attente sur leurs sites web, et nous travaillons avec elles pour les encourager à améliorer l’envergure et la transparence de cette information.

Au départ, les membres de l’Alliance sur les temps d’attente comprenaient l’Association médicale canadienne et six sociétés nationales de spécialistes engagées dans la prestation de soins dans les cinq domaines « prioritaires » indiqués dans l’Accord sur la santé de 2004. Aujourd’hui, nous englobons le travail de 18 organisations médicales nationales qui, ensemble, ont établi des points de repère sur les temps d’attente pour près de 1000 traitements, interventions et diagnostics. Les points de repère sont importants, mais ils visent à atteindre un objectif plus vaste : parvenir à la prestation de soins de santé axés sur les besoins des patients. Le retard de soin est un refus de soin.

Il n’a jamais été plus important pour les médecins d’assumer un rôle de chef de file dans l’amélioration des soins de santé pour nos patients. Je suis heureux de constater que l’Alliance sur les temps d’attente est le porte-parole de confiance dans le débat sur les temps d’attente au Canada. Par l’entremise de nos bulletins annuels, nous mettons les gouvernements au défi d’améliorer leurs résultats dans la prestation des soins de santé en temps opportun. On nous demande de plus en plus souvent de commenter ces questions, et en plus d’avoir obtenu une couverture médiatique soutenue considérable, nous avons été cités dans des rapports de l’OCDE, du Conseil canadien de la santé et du Sénat. Nos bulletins sont mentionnés pendant la période de questions au Parlement et par les premiers ministres provinciaux. Les nouvelles portant sur le bulletin de 2013 ont atteint un public estimé à 37,3 millions de personnes dans le monde entier par l’entremise des médias traditionnels et en ligne.

L’accès aux soins de santé en temps opportun est une préoccupation première des Canadiens. Malgré quelques succès isolés, nous n’avons pas constaté les progrès que nos patients méritent à cet égard. Les médecins et autres fournisseurs de soins doivent assumer pleinement leur rôle en matière de professionnalisme civique, cesser de travailler en vase clos et collaborer avec les gouvernements pour réaliser les changements transformationnels requis. L’Alliance sur les temps d’attente reste déterminée à promouvoir l’élimination des attentes inutiles. Si d’autres pays peuvent y arriver, pourquoi n’en serions-nous pas capables ?

 

Image of Dr. Simpson

Chris Simpson, MD, FRCPC, FACC, FHRS
Le président, Alliance sur les temps d’attente