Faire disparaître l’engorgement total dans le système de soins de santé du Canada : Bulletin 2015 de l’ATA

FR Cover Image - 2015Depuis une décennie, l’Alliance sur les temps d’attente (ATA) produit un bulletin sur les progrès réalisés par le Canada afin de réduire les temps d’attente en soins de santé. Les temps d’attente ont diminué dans les cinq premiers domaines désignés dans l’Accord sur la santé de 2004 même si les systèmes de santé ont dû faire face à une montée de la demande de soins. En dépit de ces signes encourageants, il reste toutefois d’autres secteurs qui ont besoin d’attention comme ceux des soins primaires, des services de santé mentale, des soins à domicile et des soins de longue durée, sans oublier les soins palliatifs, si l’on veut réduire de façon soutenue les temps d’attente dans tout le système.

Les hôpitaux utilisent l’expression « engorgement total » pour désigner une situation systémique où les patients ne peuvent bouger. Des patients qui n’ont plus besoin de soins actifs continuent d’occuper des lits d’hôpital parce qu’ils n’ont pas accès à des ressources communautaires plus appropriées. Il en découle une réaction en chaîne sur les temps d’attente : ces lits ne sont plus libres pour des patients au service des urgences ou qui se rétablissent d’une intervention chirurgicale et les ambulances ne peuvent se décharger des patients au service des urgences parce qu’on annule des chirurgies électives. L’engorgement total met en cause de nombreux éléments du système de santé qui exigent une solution systémique.

Le bulletin 2015 de l’ATA met en évidence l’accès en temps opportun dans le cas de deux enjeux systémiques plus généraux, soit les soins aux personnes âgées et les soins fournis aux groupes relevant de la compétence fédérale (c.‑à‑d. Premières Nations, demandeurs d’asile, anciens combattants, membres des Forces canadiennes et détenus de pénitenciers fédéraux).

Changements de l’évaluation par l’ATA

Au cours des années précédentes, le bulletin de l’ATA présentait, pour les provinces, des notes basées sur les points de repère pour les temps d’attente établis à la fois par les gouvernements et par l’ATA, mais l’ATA est d’avis que ses points de repère conviennent davantage pour évaluer le rendement. C’est pourquoi le rapport de cette année présente des cotes basées uniquement sur les points de repère de l’ATA.

Changements clés :

  • Le point de repère de l’ATA dans le cas du pontage aortocoronarien (PAC) est de six semaines pour le patient qui a subi une intervention élective comparativement au point de repère pancanadien que les gouvernements ont fixé à 26 semaines.
  • Dans le cas de la radiothérapie, le point de repère de l’ATA est de 10 jours, comparativement au point de repère national de quatre semaines établi par les gouvernements.
  • Grâce aux efforts déployés par l’Association canadienne des radiologistes, l’ATA a établi un point de repère national de huit semaines (60 jours) pour avoir accès à une IRM ou à une TDM.

pdf_icon Lire le Bulletin de l’Alliance sur les temps d’attente de 2015

pdf_icon Document d’information technique (2015)